© 2023 par Horizon

Créé avec Wix.com

BIOGAZ AU SERVICE DE L’ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

 

 

Assurer l’accès aux soins de santé d’une population pauvre de la zone Muyebe, permettre une autonomie à moyen terme pour financer leur centre de santé et contribuer au développement rural de la zone de Muyebe.

 

Historique :

 

Les activités Ubuvukanyi font suite à une discussion en 2002 entre les membres fondateurs de Fraternité Ubuvukanyi et les élus locaux de la zone de Muyebe en province de Mwaro au Burundi.

 

Depuis janvier 2008, nous avons ouvert un centre de santé qui soignait au départ 10 000  personnes gratuitement de 5 collines dans la zone de Muyebe en commune Kayokwe et il couvre aujourd’hui 11 collines  de 25 000 habitants.

Le centre de santé a onze ans ; donc 11 ans d’activité. 11 ans de dialogue, de collaboration avec l’association locale Ubuvukanyi. 11 ans de collaboration franche et de bonne gestion.

 

Les bénéficiaires ont élu dix représentants ubuvukanyi. La gestion du centre de santé est assurée par un triumvirat.  Il s’agit d’un système de cogestion tripartite composée par notre association Fraternité Ubuvukanyi qui suit spécialement la gestion financière et fait la comptabilité de tous les projets y compris du centre de santé, de l’association Centre de santé Ubuvukanyi qui gère le quotidien et le personnel du centre de santé et les  représentants ubuvukanyi élus par les bénéficiaires.

 

 

2  Principales activités actuelles :

 

 La santé. Un centre de santé est le centre de gravité de nos activités. Nous soignons gratuitement une population estimée à 25 000 personnes moyennant une cotisation annuelle de 5 000 francs bu par an et par ménage ; soit 2.76 € par ménage. La deuxième activité est l’éducation notamment le soutien scolaire  à l’école primaire de Muyebe et l’alphabétisation. La 3 è activité est le soutien à un effort économique à travers une petite banque des pauvres, distribution des semences sélectionnées de haricots, les sources d’eau construites, la réfection d’une route, une salle de réunion, une maternité, la modernisation du centre de santé etc…

Nous voulons ajouter un volet écologique et énergétique qui n’était pas abordé mais prévu de longue date.

 

 

 

 

Description des activités réalisées au cours des dernières années :

 

·       Soins de santé : Début le 02 janvier 2008 en province Mwaro, commune Kayokwe, zone Muyebe. L’association centre de santé Ubuvukanyi s’occupe de l’organisation de ce centre de santé, de sa gestion, des relations avec les bénéficiaires, les partenaires et les autorités. Le centre de santé est dirigé par un technicien médical aidé par 3 infirmiers, un laborantin, une sage femme, une pharmacienne, un administratif, deux employés et deux veilleurs de nuit. Un comité de suivi de la population a été mis en place et comprend les élus locaux collinaires et d’autres représentants de la population. Le bureau de l’association est composé de deux professeurs de collège, deux médecins et un conseiller communal chargé des questions d’eau à la commune.

Les partenaires : Une association italienne portant le nom de Fratellanza Ubuvukanyi qui intervient dans certains projets comme le soutien scolaire à l’école primaire de Muyebe, la vulgarisation des semences sélectionnées de haricots et aussi un niveau du fonctionnement.

 

Résultats obtenus : Baisse de mortalité dans la zone couverte, une baisse des consultations médicales dues au fait que la population est en bonne santé dix ans après le démarrage du centre de santé Ubuvukanyi. A titre d’exemple, la première année, en soignant un quart de la population actuelle, les consultations journalières atteignaient 60. Aujourd’hui, après avoir élargi la zone concernée des bénéficiaires à 4 fois, le centre de santé Ubuvukanyi soigne 30 personnes par jour. La baisse de consultation s’est accélérée surtout après la récolte des haricots avec les semences sélectionnées distribuées. Les dépenses des médicaments ont baissé de 10%.

L’impact sur la population est très important surtout au niveau de l’état de santé, de la disponibilité pour des projets économiques.

 

Les coûts : Le centre de santé fonctionne avec un budget de 23 000 € par an si on exclut les budgets d’investissement. Les budgets d’investissement par an peuvent atteindre 70 000 € notamment cette année de 2010 avec la construction du centre de santé d’environs 300 m 2 et  l’électrification en énergie solaire.

 

Les financements d’investissement : Deux financements des entreprises privées, de la Région Ile de France, conseil général du Val de Marne,  de  la Caisse de Dépôts et consignation et du  CRIJ de  Cachan.

Financements propres de fonctionnement : Cotisations des membres de l’association, cotisations des bénéficiaires, recettes de diverses activités annexes et dons des autres associations.

·       Banque des femmes pauvres : Don d’un membre de l’association française de 1 000 € en 2009. Un autre don de 200 € aux femmes pauvres en septembre 2017 pour subventionner une nouvelle taxe foncière appliquée à la coopérative par l’Etat burundais.

·       Soutien scolaire et alphabétisation : Financement assuré par l’association italienne Fratellanza Ubuvukanyi à hauteur de 450 € par an depuis 2008 ;

·       Soins ophtalmologiques des patients de la zone de Muyebe et des élèves du collège de Muyebe : Financement par l’association du centre de santé Ubuvukanyi évalué à 500 €.

·       Construction du centre de santé Ubuvukanyi : Financement par l’association française dont 50 % donné par la Région d’Ile de France en 2009 (10 000 €). L’immeuble a une valeur de 30 000 €

·       Electrification en énergie solaire du centre de santé (9 500 €) financée par CDC Développement.

·       Distribution en février 2011 des semences sélectionnées de haricots financée par l’association partenaire italienne à hauteur de 15 000 €,

·       Adduction d’eau au centre de santé Ubuvukanyi (5 000 €)

 

·       Projets réalisés depuis 2012: Réparation de 71 sources d’eau dans les vallées des 10 collines concernées par nos projets, informatisation du centre de santé Ubuvukanyi, construction d'une salle de réunion, réfection d'une route de 4 km, modernisation des équipements du centre de santé Ubuvukanyi.

 

·       Projet en 2013 : Construction d’une salle de réunion au centre de santé servant aussi pour l’alphabétisation financée par CDC développement.

 

·       Projet 2014 : Construction d’une route de 5 km menant au centre de santé Ubuvukanyi

 

·       Projet 2015 : Modernisation du centre de santé Ubuvukanyi

 

·       Projet 2016 : Construction de la maternité au centre de santé Ubuvukanyi

 

·       Projet 2017 : Equipement et modernisation de la maternité.

 

·       Projet 2018 : Modernisation des équipements du laboratoire du centre de santé Ubuvukanyi.

 

·       Projets en cours 2019: Amélioration et protection du sytème électrique au centre de santé Ubuvukanyi. 

 

3 Ressources actuelles

 

·       Ressources financières :
 

Le budget de fonctionnement est financé en grande partie par des cotisations des membres de l’association partenaire français Fraternité Ubuvukanyi et des dons des entreprises en France  à hauteur de 75 %. La population locale apporte 25%.

 

·       Ressources humaines : Tous les 11 salariés sont à temps pleins.

 

Chef du centre de santé et technicien médical à temps, quatre  infirmiers et sage femme, un laborantin, une pharmacienne, un administratif , deux employés et deux gardiens de nuit ;

Cinq bénévoles actifs et plusieurs milliers  de  bénévoles occasionnellement en cas de besoin.
 

·       Ressources matérielles (équipements et locaux) : Une maison construite en juin 2010 de 300 m2, un matériel médical, des meubles une salle de réunion et un groupe électrogène solaire.

 

 

 

Partenaires :

 

Une association locale agréée au ministère de l’intérieur du Burundi nommée Association Centre de santé Ubuvukanyi ;

Des élus, conseillers collinaires,  de la population bénéficiaire des soins de santé ;

Les autorités locales représentées par le maire de la commune.

 

L’association Centre de santé Ubuvukanyi s’occupe du quotidien et suit de près le centre de santé. Elle est l’interlocutrice directe des élus de la population bénéficiaire et gère les contrats de onze salariés du centre de santé.

Les élus locaux font le relais entre l’association locale, le centre de santé et les bénéficiaires. Ils aident aussi à la mobilisation de la population pour des travaux communautaires au profit du centre de santé.

Par manque de moyens, les autorités locales ne financent pas ce centre de santé.

 

Gestion des projets

 

Le centre de santé est géré conjointement par l’association locale et les représentants de la population concernée. Notre association française apporte le financement et un savoir faire au niveau de la gestion et organisation.

Nous avons lancé une banque des femmes pauvres avec un capital de 1 000 €. Un groupe de 8 femmes financé et suivi a pu faire des bénéfices de plus 450 € en 5 mois en fabriquant des briques cuites. Ces femmes ont un niveau de vie comparable aux fonctionnaires. Ce sont ces femmes qui ont fourni les briques nécessaires à la construction du centre de santé, de la salle de réunion et de la maternité.

 

Pérennisation du centre de santé.

 

Le centre de santé a un budget de 23 000 €.

Nous recevrons des dons d’une entreprise burundaise de 2 500 € par an  et 1000 € des rentrées occasionnelles de dons. Il y a des prestations en dehors de nos membres qui sont remboursées par l’Etat mais versées avec un retard. Elles peuvent atteindre 10 000 € par an.  

 

Bénéficiaires

 

Les bénéficiaires sont les habitants de la zone de Muyebe, une population pauvre, travailleuse et unie. Même en temps de guerre civile, cette population a résisté aux sollicitations et est restée unie. Aucune personne n’a été touchée par la guerre civile. Ils sont restés comme un seul homme. C’est l’une des rares zones où il n’y a pas eu de massacres interethniques. C’est aussi cette cohésion qui nous a motivés pour notre projet.

La population est estimée à 25 000 personnes. Cette zone de Muyebe est située en commune de Kayokwe, province  Mwaro, au centre du Burundi.

 

Cette population a adhéré entièrement au projet et a désigné leurs représentants dans le comité de suivi du centre de santé. C’est la même population qui suit le travail des infirmiers et qui surveille la discipline des gens qui se font soigner. Cette population fournit de la main d’œuvre gratuite chaque fois que c’est nécessaire. Elle a participé à la construction du centre de santé.  

 

Le projet est devenu le leur et ils ont proposé de participer financièrement au centre de santé et chacun paiera environs 2,70 € par ménage. C’est une initiative qui nous a motivés davantage et qu’on ne rencontre pas souvent.

 

Les bénéficiaires sont organisés en deux niveaux. Il y a une association nationale dont les membres sont des ressortissants de la zone qui intervient dans la gestion et qui a des compétences nécessaires au bon déroulement du centre de santé. Le président de l’association est un ancien administrateur communal de la commune. Il est aidé par deux médecins, un professeur et un conseiller communal. L’association locale a besoin des personnes qui ont fait des études pour faire des démarches administratives dans la capitale qui se font en français et qui nécessitent une certaine technicité pour certains dossiers.

Il y a aussi les conseillers collinaires, élus par la population bénéficiaire qui interviennent dans le suivi du centre de santé et dans d’autres projets futurs. Il y a aussi une association locale qui s’occupe de faire des propositions pour de nouveaux projets et fait aussi un suivi des projets actuels.

 

Besoins identifiés de la population

 

La pauvreté de cette population fait que les besoins soient nombreux. Nous avons voulu commencer par la santé car comme on dit, si on a la santé, le reste suit. Nous avons choisi la santé car c’est un domaine très mal servi et les malades pauvres ou sans beaucoup de revenus se retrouvent en prison dans des hôpitaux faute d’argent pour payer les soins.

En dehors de soins de santé, il y a aussi la question écologique de gestion des déchets et aussi de la préservation des forêts car le bois est utilisé pour la cuisson.  

4 Présentation du projet

 

Origine et motivation du projet

 

La cuisine dans les ménages se fait avec le bois de chauffage. Ce bois est coupé tous les jours et il y a aucune nouvelle plantation. La pluie commence à manquer à cause de la déforestation et l’érosion menace l’agriculture.

 Il y a de plus en plus de ménages et de moins en moins de bois. C’est devenu un désastre écologique.

 

L’association Fraternité Ubuvukanyi a repris à son compte sept des huit  objectifs du millénaire de développement :

 

1. Réduire l’extrême pauvreté et la faim : Projet réalisé de distribution des semences sélectionnées en 2010

2. Assurer l’éducation primaire pour tous : Soutien scolaire annuel de l’école primaire de Muyebe et l’alphabétisation. 

3. Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes : Banque des femmes pauvres créées et qui a fait des succès.

4. Réduire la mortalité infantile : La construction de la maternité qui vient de s’achever.

5. Améliorer la santé maternelle : La construction de la maternité qui vient de s’achever.

6. Combattre le VIH/SIDA, le paludisme et d’autres maladies : Existe déjà au centre de santé.

7. Assurer un environnement durable : Réfection des sources d’eau, étude d’un projet de vulgarisation des plantes fertilisantes

 

Nos objectifs pour ce projet :

 

·       Lutter contre la désertification ;

·       Electrification de la zone de Muyebe ;

·       Remplacer  les engrais chimiques par les déchets du biogaz ;

·       Assurer l’hygiène à la population concernée ;

·       Participer à la préservation de l’environnement durable.

 

Description du projet :

 

La population bénéficiaire est en manque de bois de cuisine et les montagnes ne sont plus protégées contre l’érosion. La population nous a sollicité pour l’aider à trouver une solution viable. Nous avons pensé à un barrage électrique. Il nous a semblé,  après étude technique,  que le coût sera élevé et qu’il risque de générer aussi d’autres problèmes écologiques et sanitaires car un bassin de rétention d’eau sera le nid des moustiques, vecteur de malaria. En plus, le transport de l’électricité dans tous les ménages serait coûteux au niveau des pylones et entretien.

 

Nous avons proposé le biogaz. Un projet qui se justifie sur plusieurs points à savoir :

 

·       Le traitement des déchets : Le biogaz aura comme matière première les toilettes. A la campagne, il y a un problème de toilettes car il faut creuser et fermer quand elles sont remplies et creuser ailleurs. Ce qui pose un problème d’espace et d’hygiène. D’une pierre deux coups, il y aura une solution hygiènique et l’alimentation pour l’électricité et le gaz.

·       Source d’électricité et de gaz en même temps : A la sortie du biogaz, il y a l’électricité pour la lumière et les prises et le gaz pour la cuisson. Aucun besoin de pétrole pour l’éclairage et le bois pour la cuisine.

·       Fertilisant : Les déchets issus du biogaz sont des fertilisants plus efficaces que les engrais chimiques utilisés aujourd’hui et qui coûtent cher et souvent en rupture dans les magasins.

·       Création d’emploi et formation : Les unités de biogaz se feront dans chaque ménage. Il faudra former la main d’œuvre locale et la spécialiser dans ce domaine pionnier au Burundi. Ces personnes qualifiées construiront ces unités conformément à l’avancement de notre projet qui sera fait en plusieurs phases par cinquante unités par an. Ces personnes formées pourront former une coopérative pour travailler dans d’autres provinces du Burundi.

 

 

 

 

Déroulement du projet

 

·       La première phase sera la formation de la main d’œuvre au Rwanda et l’explication du projet à la population. Nous avons privilégié la formation au biogaz des jeunes qui ont créé leur entreprise pour plusieurs métiers pour les encourager. Ce sont les mêmes jeunes qui vont construire les unités de biogaz dans la zone de Muyebe pour le compte d’Ubuvukanyi.

·       Tri des 50 premiers bénéficiaires de ce projet qui seront répartis en raison de 5 par colline. Les critères seront définis par un commun accord avec les élus locaux, le comité de l’association locale Centre de santé Ubuvukanyi et notre association.

·       Construction des 50 biogaz.

 

Principes

 

Toutes les briques utilisées devront être fournies par la coopérative des femmes pauvres comme nous le faisons à chaque projet et au prix du marché. C’est une façon d’encourager ces femmes pauvres et qui ont maintenant des moyens suffisants pour faire vivre dignement leurs familles en raison de cette coopérative.

 

Ce projet devra être ouvert sous forme de portes ouvertes et aussi servir aux élèves de bien comprendre les mécanismes et les bases de construction. Il devra être expliqué pour que la conscientisation écologique fasse son essor à partir de ce projet.

 

Le projet devra utiliser au maximum les produits locaux comme les briques, sable, pierre etc… 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now